fbpx

Un tournant décisif pour l’incroyable saga de Sopra Steria:

0 0
Read Time:1 Minute, 12 Second

Derrière une opération financière passée inaperçue se joue l’avenir du géant Sopra Steria. Et sans doute la succession de son fondateur et président, le très discret Pierre Pasquier. L’homme qui a cofondé Capgemini avec Serge Kampf tient toujours fermement la barre de son empire informatique.

Sopra Steria à La Défense

MARIO FOURMY/SIPA

Le 21 février dernier, la société Axway a publié un communiqué pour annoncer qu’elle était entrée « en discussions exclusives en vue d’acquérir une part significative des activités de Sopra Banking Software Paris ». La nouvelle est passée largement inaperçue, sauf peut-être chez les consultants informatiques et les investisseurs boursiers aguerris. Et pourtant, dernière cette opération se cache un fameux coup financier, une saga d’entreprise inouïe et une non moins surprenante affaire de succession.

Commençons par la finance. Comme le laisse entendre sa raison sociale, Sopra Banking Software (SBS), est une activité du groupe Sopra Steria (56 000 collaborateurs), qui pour le coup est bien connu, puisque cette ESN (entreprise de service numérique) est un poids lourd du secteur, qui pèse 4,8 milliards d’euros de capitalisation boursière. L’activité concernée, SBS, affiche de son côté une « valeur d’entreprise » de 330 millions d’euros selon les documents financiers diffusés par la maison mère. Elle emploie environ 4 700 salariés et revendique 1 500 clients dans le monde. Sopra Steria vend donc cette activité qualifiée de « non stratégique » à Axway.

Source: Challenge

Happy
Happy
0 %
Sad
Sad
0 %
Excited
Excited
0 %
Sleepy
Sleepy
0 %
Angry
Angry
0 %
Surprise
Surprise
0 %
Previous post Vacances d’été : les billets de train disponibles à la vente
Next post Impôt sur le revenu : la défiscalisation des pourboires se poursuit en 2024